Enfants de Merimanjaka

Pour les enfants de l'école Saint Jean Baptiste de la Salle à Madagascar

Le Parrainage

groupe01

Parrainer un enfant, c'est aider cet enfant ; c'est aussi aider sa famille et plus généralement c'est aider le pays.

A Madagascar, l'école primaire publique n'est pas totalement gratuite : il est généralement demandé aux familles une participation financière appelée "frais d'écolage".

Ces frais se montent à environ 40€ par an (35€ pour notre école) et sont utilisés pour le fonctionnement de l'établissement et le salaire des enseignants.

Même si ce montant semble modeste pour nous, il correspond approximativement à un mois de salaire moyen à Madagascar.

Alors, pour nombre de familles ayant des difficultés financières, cela représente un effort financier considérable, qui conduit à ne pas toujours mettre les enfants à l'école, mais à les mettre à travailler dans les champs ou à fabriquer des briques, activités qui rapportent de l'argent. Et encore : tous n'ont pas cette possibilité-là, certains restant simplement avec leur famille, quand ce n'est pas pour aller mendier quelque chose quelque part.

D'ailleurs, livrez-vous à cet exercice : si, pour mettre vos enfants à l'école, il vous fallait régler un mois de salaire par an et par enfant scolarisé, ne seriez-vous pas tenté de "réfléchir" aux sacrifices que cela implique, et de rechercher des solutions plus "rentables" ? Certes, il s'agit là d'une question inutilement provocante, mais, malheureusement, elle se pose à Madagascar pour des familles dont le seul objectif quotidien est d'avoir suffisamment de nourriture le soir dans leur assiette, pour eux et leurs enfants si possible.

Cette situation (dérangeante, il faut bien l'admettre) entretient un certain niveau d'analphabétisme dans la population, et en soi ce n'est pas acceptable. Les enfants sont l'avenir du pays, et plus ils pourront aller à  l'école, plus grandes seront leurs chances de contribuer utilement par la suite, ne serait-ce qu'en ayant la possibilité d'accéder à une meilleure qualité de vie.

Ce projet ne concerne que Saint Jean Baptiste de la Salle pour notre association ; alors, bien sûr, nous ne changerons pas l'avenir de Madagascar à nous seuls. Mais si nous pouvons permettre aux enfants qui fréquentent cette école d'avoir de meilleurs chances dans ce que sera la société Malgache de demain, alors nous aurons atteint nos objectifs au-delà de nos espérances.

Ce projet n'est donc pas une utopie totale, car il aide aujourd'hui, concrètement, au quotidien, des personnes qui sont les adultes d'aujourd'hui, et d'autres qui seront les adultes de demain et se souviendront sans doute de ce qui a été fait pour eux. Nous demandons aux parrains de prendre en charge 50% des frais d'écolage des enfants parrainés, ce qui représente moins de 20€ par an et par enfant. Cet argent est remis directement à l'école, sans prélèvement d'aucune sorte, par les membres actifs permanents sur place. Un suivi de l'attribution des parrainages est assuré par l'association ; il est demandé à l'école de rendre compte sur l'utilisation de l'argent et de produire les bulletins scolaires des enfants.

A ce jour, ce système concerne 223 enfants, dont 77 qui poursuivent leurs études en secondaire, continuent d'être parrainés.

Cela a pu être possible grâce à l'implication d'une centaine de parrains, en France et en Europe, mais aussi à Madagascar ! Nous tenons ici à les féliciter pour leur action, et naturellement nous les encourageons à continuer !

Vous pouvez à tout moment rejoindre le groupe des parrains et contribuer à la conduite de ce beau projet.

Si vous souhaitez mettre un visage sur l'enfant que vous parrainez, vous pouvez écrire à votre filleul par l'intermédiaire de l'association qui fera suivre (ce moyen d'acheminement est bien plus fiable que la Poste !). De même, vous pourrez, si vous le désirez, lui rendre visite lors d'un prochain voyage à Madagascar. Ainsi vous verrez concrètement ce qui a changé dans sa vie grâce à votre parrainage.

Une fois par trimestre,  les parrains reçoivent le bulletin scolaire de l’enfant. Cette condition est impérative : en effet, si le bulletin ne nous est pas remis, nous nous réservons le droit de mettre un terme au parrainage.

Un parrainage s’étend sur la durée de la scolarité primaire, puis secondaire si l’enfant en a les capacités. Lorsque la situation de sa famille s'améliore et qu’elle n’est plus dépendante de votre aide, nous vous offrons alors la possibilité d’aider un autre enfant. Le principe même du parrainage suppose l’accompagnement d’un enfant sur plusieurs années ; cela étant, votre engagement n’est lié à aucune obligation de temps. Nous vous invitons toutefois à maintenir votre parrainage le plus longtemps possible.

Vous pouvez à tout moment mettre fin à votre parrainage, sans délai et sans raison (merci toutefois de nous en faire part, afin que nous prenions les dispositions appropriées !). Nous soutiendrons alors votre filleul jusqu’à l’adhésion d’un nouveau parrain. Il peut aussi arriver que l’enfant sorte prématurément de l’école, par exemple, lorsque sa famille s’en va dans une autre région. Dans ce cas, nous vous proposerons de soutenir un autre enfant.

Merci d'avance de votre générosité, à très bientôt.